Tu sais c’est quoi l’raison?

Des raisons de visiter le Québec, il y en a plein. Que ce soit ses vastes étendues de forêt, sa cuisine forte de nombreux produits régionaux ou l’histoire de la Nouvelle-France: la « Belle Province » ne manque pas d’attraits.

Et puis, il y a les incontournables: chemises à carreaux, cabanes à sucre, sirop d’érable, poutine ainsi que les légendaires « expressions » québécoises agrémentées de quelques sacres plus ou moins blasphématoires.

Mais la principale raison de notre passage par la plus grande province du Canada va au delà des clichés ou des attraits touristiques de la région. Il s’agit de rendre visite aux « cousins d’Amérique » comme on les appelle parfois. Des amis de longue date, rencontrés pour la plus part aux premières heures du troisième millénaire, à l’occasion d’un camping géant au cœur de l’hiver québécois. Comme quoi le froid, ça crée des liens.

Après un rapide passage par Kingston et Ottawa (ex et actuelle capitales du Canada), une ancienne ligne de train nous emmène à toute vitesse vers Montréal

Après un rapide passage par Kingston et Ottawa (ex et actuelle capitales du Canada), une ancienne ligne de train nous emmène à toute vitesse vers Montréal

Une fois de plus, le « programme » est ambitieux: faire le tour des amis et de la Gaspésie puis traverser le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Ecosse pour rejoindre New-York avant l’hiver… Mais finalement, il n’en sera rien.

Est-ce dû à un furieux besoin de lever le pied et de recharger les batteries après un incroyable parcours dans le sud-ouest des Etats-Unis?
Ou est-ce la fantastique hospitalité des Québécois qui nous a retenus?
Ou bien le fait de se retrouver entre amis, de dormir dans un lit et de manger autre chose que des pâtes et du porridge?
Sans doute un peu tout ça…
Quoi qu’il en soit, notre ambition sera mise au régime, contrairement à nos estomacs!

Les escaliers extérieurs occupent une place prépondérante dans la vie urbaine de Montréal

Les escaliers extérieurs occupent une place prépondérante dans la vie urbaine de Montréal

Evidemment, se retrouver en terre francophone fait également partie du plaisir. La transition linguistique est, une fois de plus, étonnamment rapide: une fois la rivière des Outaouais traversée, l’anglais disparait quasi totalement du paysage.

Partageant la même langue maternelle, les discussions sont plus riches et les sujets plus variés. L’échange de points de vue et le partage d’idées se font naturellement, même si quelques variations du langage mènent parfois à des malentendus des plus cocasses. D’autre part, les Québécois semblent nettement plus réservés que leurs voisins et moins enclins à demander à tout bout de champs d’où on vient et comment on va. A vrai dire, ça fait du bien.

Quinze kilomètres séparent le centre de Montréal du parc national des Iles-de-Boucherville. Au Québec, la nature n'est jamais bien loin

Quinze kilomètres séparent le centre de Montréal du parc national des Iles-de-Boucherville. Au Québec, la nature n’est jamais bien loin

Arrivés à Montréal par une météo estivale, nous la quittons avec les premières gelées nocturnes… Pourtant, il ne nous semble pas nous être éternisés… Pi, c’est pas comme si c’était début septembre!

Trois jours suffisent pour se rendre jusqu’à Québec via la Route verte, autoproclamée « la plus grande piste cyclable en Amérique du Nord ». Autant le dire franchement, en ce qui nous concerne, il s’agit là de « la plus grande supercherie cycliste en terres non-immergées ».

Architecture de la rive nord, située comme son nom l'indique à l'ouest du Saint-Laurent, entre Montréal et Québec

Architecture de la rive nord, située comme son nom l’indique à l’ouest du Saint-Laurent, entre Montréal et Québec

Montréal – Québec, c’est pas bien long. Pourtant, on s’est perdu 5 fois. Certes, nous ne sommes plus très habitués à suivre des itinéraires préétablis, mais quand même…
Malheureusement, la désillusion ne s’arrête pas au manque de signalétique.

Les coureurs pros, quant à eux, ne risquent pas de se perdre: 16 tours de ville à l'occasion du Grand Prix de Québec

Les coureurs pros, quant à eux, ne risquent pas de se perdre: 16 tours de ville à l’occasion du Grand Prix de Québec

La Route verte revendique fièrement 5’000 kilomètres de « voies cyclables ». Certes, il y a des tronçons très agréables, sur d’anciennes lignes de train réhabilitées, mais il y a aussi… des milliers de kil’ d’accotement [1]. Bilan: on bouffe du gros camion à longueur de journée. Rien de très différent de l’Inde en fait, sauf que là-bas, ils roulent moins vite.

Ce qui devrait être une fantastique initiative pour promouvoir la mobilité douce et favoriser les vacances à vélo ressemble plus, à l’heure actuelle, à une mascarade politique. Infrastructures inadaptées, site Internet inadéquat, informations déficientes et attitude inacceptable de certains usagers de la route rendent l’expérience carrément désagréable, pour ne pas dire dangereuse.

L'itinéraire vélo s'arrête ici, nos illusions quant aux infrastructures cyclistes en Amérique du Nord également

L’itinéraire vélo s’arrête ici, nos illusions quant aux infrastructures cyclistes en Amérique du Nord également

En arrivant au Québec par l’ouest, l’influence européenne de la province saute aux yeux.
Mais peu à peu l’illusion s’estompe et après plusieurs semaines sur place, ça ne fait plus aucun doute: nous sommes bien en Amérique.

Au cœur de la ville de Québec: les vieux quartiers et le château Frontenac

Au cœur de la ville de Québec: les vieux quartiers et le château Frontenac

Jour après jour, l’automne s’installe et avec lui apparaissent les premières couleurs. Du vert sombre, les feuilles s’éclaircissent, tirant vers le jaune ou l’orange. Bientôt, la forêt prendra feu. Il est temps de partir plus au nord, avant que le froid ne devienne trop intense.

Un festival de couleurs est annoncé! Le spectacle préparé par l'automne est, à lui seul, une raison suffisante de venir au Québec

Un festival de couleurs est annoncé! Le spectacle préparé par l’automne est, à lui seul, une raison suffisante de venir au Québec

Tous les Québécois vous le diront: Sept-Îles c’est loin, très loin. Trop loin pour y aller à vélo… Vraiment? Peu importe. On pédalera un bout, un autre en voiture et le reste en pick-up. Mais le retour lui, se fera intégralement à dos d’ours.

En route pour le Nord. La région de Charlevoix est la seule partie du trajet au dénivelé significatif. Nos ours profitent d'une pause pour se faire canoniser

En route pour le Nord. La région de Charlevoix est la seule partie du trajet au dénivelé significatif. Nos ours profitent d’une pause pour se faire canoniser

En fait, 650 kilomètres séparent la capitale nationale du Québec de Sept-Iles, principale agglomération de la Côte-Nord. De là, l’unique route continue le long du golfe du Saint-Laurent sur 400 kilomètres. Plus loin, il n’y a rien, ou presque et il faut un bateau ou un avion pour y aller. Alors oui, Sept-Iles c’est loin; mais comparé à l’immensité du Québec… [2]

Ligne droite en pleine nature. Les rares moments sans trafic nous laissent seuls, au milieu de rien. Fantastique!

Ligne droite en pleine nature. Les rares moments sans trafic nous laissent seuls, au milieu de rien. Fantastique!

Allez, il est l’heure de penser au retour. Au retour en Europe même! En route pour Montréal, par la Rive Sud cette fois, accompagnés de milliers d’oies des neiges qui, elles aussi, partent pour un grand voyage afin de passer l’hiver au chaud.

A la tombée du jour, d'immenses escadrons d'oies nous montrent le chemin. Cap plein sud, avant de retrouver le Vieux Continent

A la tombée du jour, d’immenses escadrons d’oies nous montrent le chemin. Cap plein sud, avant de retrouver le Vieux Continent


[1] Accotement: terme utilisé pour désigner un espace plus ou moins large (voire inexistant) fait d’un matériau plus ou moins dur situé au bord de la route. Au pays de Heidi, on appelle ça une bande d’arrêt d’urgence ou un terrain vague…

[2] Sept-Iles est à la même latitude que Francfort. L’extrémité nord du Québec se situe au niveau des Iles Féroé, soit 1’500 kilomètres plus loin…

Ce contenu a été publié dans Canada, Sur la route. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Tu sais c’est quoi l’raison?

  1. Admin dit :

    Un grand merci pour tous vos chaleureux messages!
    Ils nous sont précieux et grâce à eux, on avance tous les jours.

    Depuis la publication de cet article, pas mal de kilomètres ont été parcourus.
    Nous avons donc décidé de masquer les commentaires.

    Pour réagir à cet article, le formulaire de contact est à disposition.

    Merci!