Dracula, nous voilà!

C’est bien connu, la Roumanie est infestée de bêtes féroces. Les loups pour les Maramures, l’ours pour les Carpates et le pire… Dracula pour la Transylvanie.

Mais comment y faire face? Différentes options s’offrent à nous. On tente de les intimider par l’odeur… trois semaines sans lessive semblent efficace contre les loups, ils n’ont pas osé nous approcher. Par contre, ils ont envoyé leurs cousins les chiens tester nos mollets. Entre les errants qui débarquent à peine le pique-nique déballé, les gros molosses de propriétaire qui donnent l’alerte dès qu’on est à la hauteur de leur domaine et les petits calibres qui passent sous le portail pour nous remonter, il s’agit de pédaler fort. De plus, ils semblent s’être donné le mot dans tout le pays.

Pour l’ours, Luc a joué la carte de la séduction et depuis, ils sont les meilleurs amis!

Viens par ici mon petit!

Viens par ici mon petit!

Il ne reste plus que l’homme à la peau pâle et aux longues canines… Pour le repousser, on va tenter la célèbre formule, eau bénite et gousse d’ail. On se met donc à la recherche d’eau bénite. La région de la Bucovine, en Moldavie roumaine, est célèbre pour ses monastères peints. Ce sont de véritable bible en images. L’église, protégée par des remparts, est couverte de peintures tant à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Tel un trésor, le monastère de Sucevita est protégé par d'épais remparts

Tel un trésor, le monastère de Sucevita est protégé par d’épais remparts

Dans les différents monastères, on retrouve souvent les mêmes thèmes: à l’extérieur, la genèse, l’arbre de Jessée et le jugement dernier; tandis que l’intérieur illustre le calendrier et ses Saints ainsi que la vie de Jésus de l’Annonciation à Marie jusqu’à la Pentecôte.

Le monastère de Moldovita au petit matin

Le monastère de Moldovita au petit matin

L'égilse du monastère de Sucevita

L’égilse du monastère de Sucevita

Avec l’eau bénite en poche et l’ail au fond de la sacoche, on peut sereinement traverser les Carpates une deuxième fois. Sauf qu’un adversaire de taille pointe le bout de son nez: le froid. On accélère le rythme, histoire de ne pas finir en bonhomme de neige.

A basse altitude, le soleil brille encore, faisant miroiter les belles couleurs de la forêt.

Au pied des Carpates, l'automne transforme la forêt en fresque multicolore

Au pied des Carpates, l’automne transforme la forêt en fresque multicolore

Les "clés de Bicaz", passage stratégique au cœur des Carpates

Les « clés de Bicaz », passage stratégique au cœur des Carpates

Mais plus on monte, plus le brouillard s’épaissit et nous passerons le col dans des conditions… quasi idéales!

Rien que pour la vue, ça valait la peine de monter jusqu'au col!

Rien que pour la vue, ça valait la peine de monter jusqu’au col!

A nouveau en plaine, le temps s’améliore, nous offrant la possibilité d’avaler les kilomètres pour rejoindre rapidement Brasov et le confort d’une auberge.

Poussés par le froid, nous parcourrons près de 320 kilomètres en trois jours

Poussés par le froid, nous parcourrons près de 320 kilomètres en trois jours

Brasov, ville fortifiée et ancienne métropole saxonne

Brasov, ville fortifiée et ancienne métropole saxonne

Tout en recherchant Dracula dans ses nombreuses résidences, nous découvrons vite qu’en Transylvanie, l’ennemi numéro un n’est ni Vlad, ni l’ours, mais bien le froid et la neige.

Dracula, où te caches-tu? Sûrement pas dans le château de Bran

Dracula, où te caches-tu? Sûrement pas dans le château de Bran

Le climat aura donc raison de notre itinéraire. Impossible de prendre la route mythique construite sous Ceausescu à travers les Fagaras, elle est bloquée par la neige et restera fermée jusqu’en juin… C’est donc à regret que nous empruntons la route principale pour rejoindre Bucarest.

Le thermomètre est à zéro, insuffisant pour faire disparaître les chutes de neige de la veille

Le thermomètre est à zéro, insuffisant pour faire disparaître les chutes de neige de la veille

Les quelques jours passés dans la capitale chez Vasile et sa femme sont l’occasion de se reposer, de visiter cette ville hors du commun et surtout de passer des bons moments avec nos amis. Autour d’un bon repas ou d’un match de foot où l’équipe locale perd 5-0, les langues se délient et nous découvrons les problèmes auxquels sont confrontés les Roumains.

Bucarest est une ville à l’architecture étonnante, un mélange de bâtiments néoclassiques et de blocs communistes.  Sous la présidence de Nicolae Ceausescu, la plus grande partie du centre historique de la ville a été détruite et remplacée par des immeubles au style soviétique.

La "maison du Peuple", actuel siège du Parlement roumain. Plus de 20 minutes de vélo pour en faire le tour!

La « maison du Peuple », actuel siège du Parlement roumain. Plus de 20 minutes de vélo pour en faire le tour!

Qu'on aime ou qu'on aime pas. ça a quand même un certain style...

Qu’on aime ou qu’on aime pas, ça a quand même un certain style…

L'Athénée roumain, dans le centre historique de Bucarest

L’Athénée roumain, dans le centre historique de Bucarest

En traversant trois fois les Carpates, nous n’aurons finalement ni rencontré Dracula, ni chassé l’ours, mais nous aurons été marqués par la beauté des paysages et par la gentillesse des Roumains. Nous nous souviendrons longtemps de l’accueil chaleureux de Vasile et sa femme, des pensions agrotouristiques où tout est bon, de ce couple qui nous a offert à manger sans savoir que ce serait le repas d’anniversaire de Luc, des signes d’encouragements sur la route et de nos sacoches pleines de fruits, de poisson, de miel.

C’est donc un peu tristes mais enthousiasmés par la suite que nous traversons le Danube pour rejoindre le Bulgarie!

1'800 kilomètres après l'avoir quitté en Hongrie, nous retrouvons une dernière fois le Danube.

1’800 kilomètres après l’avoir quitté en Hongrie, nous retrouvons une dernière fois le Danube.

Ce contenu a été publié dans Roumanie, Sur la route. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Dracula, nous voilà!

  1. Admin dit :

    Un grand merci pour tous vos chaleureux messages!
    Ils nous sont précieux et grâce à eux, on avance tous les jours.

    Depuis la publication de cet article, pas mal de kilomètres ont été parcourus.
    Nous avons donc décidé de désactiver les commentaires sur ce billet.

    Pour réagir à cet article, le formulaire de contact est à disposition.

    Merci!