Et si l’aventure commençait ici?

C’est un peu la question que je me pose à chaque passage de frontière, comme si une étape se franchissait, un pas de plus dans le voyage, pas qui nous éloigne toujours plus de notre « zone de confort »: langue connue, itinéraires vélos faciles à suivre, campings, supermarchés avec les produits habituels, …

Que va-t-on trouver une fois de l’autre côté? Suis-je capable de poursuivre l’aventure? Le doute m’envahit… heureusement que j’ai Luc à mes côtés qui m’encourage et m’écoute. Il me rappelle aussi que ces difficultés sont le piment de notre voyage.

Eh bien, cette fois, le changement est … radical!

Les routes sont pleines de nids de poule ou carrément en terre et plutôt « bumpy », les champs s’étendent à perte de vue et, de temps à autre, on se fait dépasser par une Trabant… Les habitations semblent vétustes, quelquefois inhabitées, voire en ruine; beaucoup de terrains et de maisons sont à vendre. Mais ce qui me frappe le plus ce sont les gens. Ils ont les traits plus marqués, des habits très différents de chez nous et parlent une langue qui ne ressemble à rien de connu. Souvent, on salue de la main une vieille dame assise au bord de la route qui vend ses quelques pêches ou son raisin.

T’es sûr qu’on n’est pas perdu?

T’es sûr qu’on n’est pas perdu?

En lisant la carte, on aurait pu espérer un passage plus roulant!

En lisant la carte, on aurait pu espérer un passage plus roulant!

Petit à petit, nous nous habituons à ce nouveau pays et apprenons à l’apprécier. Mes appréhensions du début font place à l’émerveillement.

Tout d’abord la météo est radieuse, ensuite, la densité de population étant faible, nous avons le plaisir de nous trouver de jolis spots pour passer de belles soirées sous les étoiles.

Beau temps et terrain plat: rien de tel pour passer une bonne nuit à la campagne.

Beau temps et terrain plat: rien de tel pour passer une bonne nuit à la campagne.

Pour la langue, c’est une autre histoire !  Après une semaine, on n’a toujours pas compris comment dire bonjour ! Des volontaires pour nous donner quelques cours d’hongrois ?!

Désolée, mais je ne comprends rien!

Désolée, mais je ne comprends rien!

Nous longeons le Danube et traversons de jolis petits villages aux maisons colorées. Tous le monde profite du soleil: des enfants jouent dans les parcs, des adolescents courent le long du fleuve sous l’œil attentif du prof de sport, les terrasses  ne désemplissent pas et les glaces font le plaisir des petits comme des grands.

Derniers coups de pédale avant d’arriver à la Basilique d’Esztergom.

Derniers coups de pédale avant d’arriver à la Basilique d’Esztergom.

Vue sur Esztergom et la Slovaquie depuis la Basilique.

Vue sur Esztergom et la Slovaquie depuis la Basilique.

L’école de Szentendre

L’école de Szentendre

Nous voilà déjà à Budapest… La tête encore en pleine campagne ! Malgré  cela, la magie opère et nous sommes très rapidement conquis par cette magnifique ville.

Le Parlement, symbole de la ville de Budapest

Le Parlement, symbole de la ville de Budapest

Budapest est une ville qui s’apprécie en se baladant à pieds, en flânant à travers les rues de Buda et de Pest.

Buda, avec son palais, ses collines et sa vue imprenable sur le Danube, est la partie la plus romantique.

Palais royal sur l’une des collines de Buda

Palais royal sur l’une des collines de Buda

Le Roi Matthias devant le Bastion des Pêcheurs

Le Roi Matthias devant le Bastion des Pêcheurs

Pest, avec ses grands boulevards est plus vivante, plus dynamique. Chaque quartier a son atmosphère propre. Il y a quantité de bars, restaurants, musées, bâtiments historiques.

Pest et le Parlement hongrois, de l’autre côté du Danube

Pest et le Parlement hongrois, de l’autre côté du Danube

Et quand la fatigue se fait sentir après une journée à arpenter les rues de la capitale, rien de tel qu’un moment relaxant dans l’un des bains qui font la réputation de la ville.

Prendre un bain au Gellért, c’est presque comme se baigner dans une cathédrale. Le bâtiment Art-Nouveau est splendide, flanqué de grosses colonnes et avec de belles mosaïques sur les plafonds. La piscine principale ainsi que la partie extérieure sont mixtes tandis que le reste est séparé homme et femme.

Les bains de Gellért accueillent les curistes (et les touristes) depuis 1918

Les bains de Gellért accueillent les curistes (et les touristes) depuis 1918

Au même titre que Paris, Berlin ou Prague, Budapest est une ville qui mérite le voyage, même pour un week-end. Il y a tant à voir que nous n’avons qu’une envie … y retourner!

Fini la ville, place à l’aventure!

Ce contenu a été publié dans Hongrie, Sur la route. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Et si l’aventure commençait ici?

  1. Admin dit :

    Un grand merci pour tous vos chaleureux messages!
    Ils nous sont précieux et grâce à eux, on avance tous les jours.

    Depuis la publication de cet article, pas mal de kilomètres ont été parcourus.
    Nous avons donc décidé de désactiver les commentaires sur ce billet.

    Pour réagir à cet article, le formulaire de contact est à disposition.

    Merci!